• Accueil
  • Blog
  • Les femmes sont-elles plus aptes au bonheur ?

Les femmes sont-elles plus aptes au bonheur ?

La Journée internationale des droits des femmes est célébrée le 8 mars.

Bonne fête oui mais tous les jours,  pas juste le 8 mars !


Tant qu’il y a la journée de la femme, c’est que les inégalités sont toujours d’actualité !
Combien de temps encore pour une parité saine et sans hypocrisie ?

Que fêtons-nous déjà ?

Evitons les sujets qui fâchent, comme par exemple les inégalités qui existent encore entre les hommes et les femmes : vouloir les mêmes droits ne signifie pas vouloir être égale à l’homme !

Nos différences devraient être une force plutôt qu’une faiblesse !


Nous sommes tous inégaux en matière de bonheur. Saviez-vous que le gène Monoamine Oxydase A procure du bien-être chez la femme, alors qu'il favorise l'agressivité chez l'homme ? Voilà une différence physiologique méconnue, mais qui a toute son importance !


On retrouve d’autres différences au niveau de l’éducation. Durant l’enfance, les parents mettront plus d’émotion quand ils s’adresseront à leur fille. Ils lui permettront aussi de pleurer plus librement, de montrer ses fragilités, alors qu’ils enseigneront aux garçons à être forts car, c’est bien connu, « un homme, ça ne pleure pas ».
L’être humain fonctionne aux émotions. Savoir les exprimer et autoriser son entourage amical, familial et professionnel à en faire autant est une force, rarement utilisée dans notre culture patriarcale.


On nous a longtemps vanté l’importance du quotient intellectuel (QI) pour réussir dans la vie, alors qu’aujourd’hui on sait qu’en réalité, ce qui prime c’est le quotient émotionnel (QE).
Le QI valorise le cérébral, alors que le QE illustre l’intelligence émotionnelle, c’est-à-dire la capacité à « percevoir l’émotion, à l’intégrer pour faciliter la pensée, à comprendre les émotions et à les maîtriser pour favoriser l’épanouissement professionnel ». Ce concept a été développé dans les années 90 par John Mayer et Peter Salovey, deux psychologues américains.


Développer notre intelligence émotionnelle dans nos vies professionnelles permet de faire preuve d’empathie, maîtriser nos pulsions, se motiver, motiver une équipe en communiquant plus efficacement, développer notre plaisir et même notre bonheur. Ces aptitudes humaines sont essentielles dans le monde du travail, surtout dans les postes de management ou les fonctions commerciales qui impliquent un relationnel client.
Une étude réalisée sur 55 000 professionnels dans 90 pays nous dévoile que les femmes surpassent les hommes dans 11 des 12 compétences associées à l’intelligence émotionnelle : leadership, coaching, mentorat, sensibilité organisationnelle, adaptabilité, etc. La seule catégorie dans laquelle les femmes n’ont pas obtenu de meilleurs résultats était la «maîtrise de soi émotionnelle», où aucune différence de genre n’a été trouvée.

Une autre étude menée auprès de 120 entreprises britanniques révèle que 81% des femmes déclarent que le bonheur au travail est plus important que le salaire, un avis partagé par seulement 45% des hommes.


Finalement, être une femme est un atout dans la quête du bonheur, et notre aptitude à être heureuse repose surtout sur notre quotient émotionnel.


Tout cela m’amène à vous souhaiter une très belle journée mondiale de la femme avec cette citation de la grande Marylin Monroe : « la femme qui cherche à être l’égale de l’homme manque d’ambition » ;)

Mots-clés: célibataire, développement personnel, mal être , bonheur, coach du bonheur, coach de vie, leadership, journée de la femme, mamagement, se sentir belle, féministe, se sentiren dans sa peau, gérer sn stress, gére r ses émotions, intelligence émotionelle, améliorern estime de soi, mieux se connaitre, découvrir son potentiel, épanuouissement personnel, 8 mars, cultiver son bonheur

Imprimer E-mail

Copyright 2018 by CkomParis.com  création site internet Neuilly sur Seine - Paris
Compatible iPad, iPhone et Androïd
Demo