Dépasser vos peurs en 5 étapes

La peur est une émotion de base comme la joie, la tristesse et la colère. A la naissance, nous avons seulement deux peurs primaires : le bruit nous effraie et nous avons peur de tomber.
En ce sens, la peur est un mécanisme naturel de défense qui provoque une réaction physiologique : le cœur s'accélère, le rythme de la respiration augmente, on commence à transpirer… L'émotion de la peur est une réponse physique à une situation perçue comme dangereuse. Au cours de notre vie, à chaque expérience douloureuse, une nouvelle peur apparait car notre cerveau fait l’association entre le danger et la conséquence.


Il y a deux sortes de peurs :
1.    La peur saine : le feu, le vide, l’eau etc. C’est une réaction salutaire face à des éléments bien réels, elle nous protège de l’accident et peut nous sauver la vie !
2.    La peur psychologique : l’échec, l’abandon, le noir etc. Cette peur est le fruit de notre imagination. Elle repose sur des appréciations immatérielles, nous limite, et peut nous gâcher la vie ! La peur psychologique loin de nous protéger, attire le danger !

Les peurs psychologiques sont un frein au bonheur ! Elles vous amènent à procrastiner, chercher des excuses, ne pas s’autoriser à agir et, finalement, critiquer ceux qui réussissent.
Et vous, connaissez-vous les peurs qui vous freinent ? Quelles actions pouvez-vous mettre en place pour les surmonter, l’une après l’autre ?

Je vous propose 5 étapes pour y parvenir :

1.    Identifiez vos peurs et leurs symptômes : tout problème a une solution, et donc la première étape est de connaitre votre blocage pour rechercher à y répondre.
2.    Posez-vous deux questions-clés :
•    Quels sont les inconvénients à rester pétrifié par cette peur ?
•    Quels sont les avantages si je passe à l’action ?
3.    Focalisez-vous à un moment de votre vie où vous vous êtes senti(e) invincible. Prenez-vous comme modèle, et imprégnez-vous d’une expérience forte que vous avez vécue.
4.    Rassurez-vous avec des mots bienveillants : « ça va aller, je vais assurer ». Cela vous mettra en confiance et évacuera les pensées limitantes et négatives.
5.    Et enfin, GO, passez à l’action !

Le pont entre vos rêves et la réalité s’appelle l’action ! Or la peur inhibe l’action. Privilégier la sécurité vous empêche de vous sentir totalement épanoui(e) et heureux (se) ! Le bonheur se trouve parfois à l’extérieur de votre zone de confort ! Allez le chercher !
Vous n’utilisez que 10% de votre potentiel. Imaginez votre vie si vous arriviez à en utiliser ne serait-ce que le double ou le triple. Dompter vos peurs vous permettra de libérer votre potentiel pour ressentir bonheur et fierté !
Félicitez-vous à chaque fois que vous dépassez une de vos limites, et restez bienveillant(e) et indulgent(e) avec vous-même si le résultat n’est pas à la hauteur de celui que vous espériez. Chaque pas accompli est un progrès qui vous mènera vers une vie meilleure !

J'en profite pour partager avec vous  ce superbe texte :

« Notre peur la plus profonde n'est pas que nous ne soyons pas à la hauteur,

Notre peur la plus profonde est que nous sommes puissants au-delà de toutes limites.

C'est notre propre lumière et non notre obscurité qui nous effraie le plus.

Nous nous posons la question... Qui suis-je, moi, pour être brillant, radieux, talentueux et merveilleux ?

En fait, qui êtes-vous pour ne pas l'être ? Vous êtes un enfant de Dieu.

Vous restreindre, vivre petit, ne rend pas service au monde.

L'illumination n'est pas de vous rétrécir pour éviter d insécuriser les autres.

Nous sommes nés pour rendre manifeste la gloire de Dieu qui est en nous.

Elle ne se trouve pas seulement chez quelques élus, elle est en chacun de nous,

Et, au fur et à mesure que nous laissons briller notre propre lumière, nous donnons inconsciemment aux autres la permission de faire de même.

En nous libérant de notre propre peur, notre puissance libère automatiquement les autres."

Marianne Williamson, un retour à l'amour

4 astuces pour se détacher du regard des autres

Le bonheur passe par la relation humaine et pourtant le regard de l’autre vous pose, parfois, bien des tracas. La recherche excessive de la reconnaissance est un frein au bonheur. Elle peut influencer votre comportement jusqu’à vivre une vie en fonction de vos proches, de la société ou des modèles suggérés dans les magazines féminins. Se mettre la pression pour ressembler aux autres ou travailler dans un secteur qui ne vous convient pas peut avoir des conséquences dévastatrices ! Bien se connaître, s’accepter et s’aimer vous aide à percevoir le regard des autres plus sereinement.
Pour surmonter cette peur émotionnelle, pensez à identifier les différents comportements :

1. Souvent, on vous regarde sans a priori ni jugement, voire même avec bienveillance. Vous imaginez dans le regard de l’autre celui que vous portez sur vous-même. C’est la projection de vos propres émotions.
2. Parfois, certaines personnes vous voient à travers leurs prismes. Elles ne supportent pas de voir en vous leurs propres travers, ils sont comme un miroir grossissant reflétant leurs imperfections. Je me souviens que ma grand-mère avait relevé que ses amies qui avaient eu les vies les moins rangées étaient celles qui critiquaient le plus la jeunesse actuelle. Voici une petite métaphore très parlante : quand vous pointez l’index sur une personne, rappelez-vous que trois autres doigts sont dirigés vers vous !
3. D’autres encore se comparent à vous et se sentent inférieur. Vous critiquer leur permet alors de se rassurer, de se sentir plus fort. Quand ils vous jugent, ce n’est que l’expression de leur émotion et de leur souffrance. Je vous conseille, dans ces cas-là, de toujours répondre à la critique, avec fermeté, humour, et bienveillance !
4. Enfin, il arrive que vous soyez visé(e) personnellement. Et oui, vous déplaisez à certain(e)s ! Cela signifie aussi qu’on vous voit, qu’on vous remarque. Vous n’inspirez pas de l’indifférence ! Votre personnalité plait ou dérange, et c’est très bien comme ça ! Vous êtes unique !

Comme le dit si bien Sacha Guitry : « plaire à tout le monde, c’est plaire à n’importe qui ».

Le regard de l’autre lui appartient et reflète plus souvent son histoire que la vôtre. Il a juste l’importance que vous lui accordez… S’en détacher vous permet d’être authentique et libre de vos choix ! Quel bonheur…

Paru sur Zentonik.

 

 



LES CÉLÉBRATIONS DE LA SAINT VALENTIN DANS LE MONDE

       

A la Saint-Valentin, on s’offre des fleurs, des chocolats, des cadeaux romantiques, et bien sûr des parfums. Quoi de mieux pour célébrer cette fête qu’un élixir de séduction qui sonne comme une déclaration par ses senteurs, son nom, ou la forme de son flacon…
 
 Le 14 février annonce un grand moment de bonheur et de tendresse, en apparence destiné aux couples, mais qu’on peut aussi célébrer avec tous ceux que nous aimons. Autrefois, à la Saint-Valentin, on organisait une grande fête pour les jeunes célibataires, qui se courtisaient et formaient des unions entre les villages. On dit même que certains hommes mariés profitaient de ce jeu de séduction pour faire des rencontres un peu coquines. La Saint-Valentin serait-elle donc l’ancêtre des sites de rencontre ?
 
« Qui maîtrise les odeurs, maîtrise le cœur des hommes ». Le héros du roman de Patrick Süskind, Le Parfum, avait bien compris que les parfums étaient intimement liés au désir de séduction et au sentiment amoureux.
 
Allons ensemble faire un petit tour du monde des célébrations de la Saint-Valentin, pour découvrir comment chaque pays l'interprète selon sa culture.
 
En Ecosse, la première personne que l’on croise peut devenir son Valentin pour la journée ; on peut l’inviter à dîner ou lui offrir un petit cadeau, avec l’envie de croire au destin.
 
Aux USA, c’est une fête d’amour et d’amitié, où les témoignages d’affection sont aussi adressés à ses amis, voisins, maîtresse d’école, famille, et même ses animaux de compagnie…
 
Ce n’est pas le romantisme qui fait des Finlandais les plus heureux du monde : à la Saint-Valentin, ils organisent une course d'obstacle où les maris portent leur femme, et où le vainqueur gagnera le poids de sa femme en bière !
 
A Singapour, la fête des amoureux tombe en même temps que la nouvelle année chinoise. Les femmes célibataires écrivent des mots d'amour sur des mandarines, avant de les jeter dans le fleuve en faisant le vœu de trouver le compagnon idéal.
 
Au Japon, les femmes ont coutume d'offrir des chocolats aux hommes. Tandis qu'en Inde, le 14 février est surtout synonyme de fête des belles-mères à qui on offre des fleurs.
 
Alors, avec ou sans Valentin, profitons de cette fête pour célébrer l’amour et l’amitié ! Car la Saint-Valentin est l’occasion de rappeler à notre entourage à quel point il est important pour nous….

Prendre son envol vers le bonheur

La métamorphose de la chenille en papillon est un symbole interprété de différentes façons. Il a été repris dans toutes les traditions spirituelles de l'humanité et représente dans de nombreuses cultures le changement et la transformation.
En psychanalyse, le papillon symbolise la renaissance.

Dans le coaching du bonheur, cette métamorphose illustre le cas des personnes qui sortent de leur cocon pour enfin prendre leur envol. Sortir de son confort routinier, se diriger vers des horizons nouveaux vous permet de vivre pleinement, et non juste survivre ! Votre subconscient fera de la résistance si vous prenez une décision qui vous fait sortir de votre zone de confort. C’est normal, votre subconscient n'aime guère le changement. Vous allez vous trouver des excuses, vous raconter une histoire pour rester dans votre cocon. La routine, les habitudes sont confortables mais attention au revers de la médaille, elles peuvent aussi devenir un piège ! Si vous restez trop longtemps dans votre cocon, vous allez finir par créer un monde aliénant ! L’action est le moteur du changement. L’action vous permet de prendre votre envol. Peser longtemps le pour et le contre, s’inquiéter outre-mesure, peut freiner voire stopper net toute velléité de passage à l'acte. Le principe de précaution finira par inhiber toute forme d’action. Je compare l’inquiétude à un parasite du bonheur car elle grignote toute votre énergie et peut même, pendant une période de vie difficile, faire disparaitre votre force de caractère. Demander à une personne en dépression d'avoir de la volonté, c'est comme demander à un aveugle de voir !

Pourtant, se préoccuper du lendemain est nécessaire pour anticiper les difficultés. Pour cela, je vous donne une clé pour rester dans l’action : remplacez l’inquiétude par une bonne dose d’optimisme ! Cultivez votre optimisme comme le jardinier cultive son potager ! Faites-vous confiance et suivez votre instinct plutôt que d'élaborer des analyses minutieuses et logiques pour prendre vos décisions. 100 grammes d’action valent parfois plus qu’un kilo de réflexion ! Les animaux possèdent naturellement un instinct très développé qui guide leurs choix. L’être humain est d’abord guidé par ses raisonnements, et il a tendance à ne plus écouter son instinct.

Ecoutez plus souvent votre cœur, votre instinct, pour prendre votre envol vers le bonheur !

Abonnez-vous à notre Newsletter !