Et si vous tentiez d’amoindrir le négatif ? Offre spéciale confinement.

Nous vivons depuis des mois dans l’incertitude devant une crise sanitaire et économique dont personne ne voit la fin.
Avant hier soir, le verdict est tombé. Nous revoici partis pour un tour.
Evidemment, pour la plupart d’entre nous, ce (re) confinement n’est pas une nouvelle très facile à digérer avec souvent un sentiment d’une liberté brimée.
Vous vous demandez peut-être, en ce moment même, comment vous allez vous en sortir professionnellement, ou encore revivre en tête à tête avec vous-même ou un conjoint stressant…
Selon votre perception et vos conditions de vie, l’impact de cette nouvelle est bien sûr très différent.

Je vous lance un défi :
Et si vous tentiez d’amoindrir le négatif ?

Vous avez le pouvoir de décider comment utiliser votre énergie.
Pour l’utiliser d’une façon constructive, il est essentiel de reconnaitre ce que vous pouvez contrôler (vos pensées, vos comportements, vos actions etc) et ne pas contrôler (le confinement, l’économie, les sentiments des autres etc).
C’est évidemment bien plus facile d’avoir un moral au beau fixe quand tout va bien.
Et pourtant, si vous n’avez pas le pouvoir de changer votre environnement, vous avez toujours celui d’en modifier au moins votre perception.D’ailleurs, selon les scientifiques, nous avons 40 % de marge de manœuvre pour cultiver votre propre bonheur !

Oui, mais comment alors ?

C’est le moment d’identifier vos peurs pour les traverser sereinement.
La peur est une réaction normale pour faire face au danger mais attention à ne pas la transformer en angoisse en tournant en boucle des scénarios imaginaires ! Les humains sont très forts pour ça.

Je vous invite à faire ce petit thème de réflexion :

Ecrivez vos peurs intuitivement puis notez leur intensité sur une échelle de un à dix.
Identifiez vos 3 plus grandes craintes.
Sont-elles bien fondées ou psychologiques ?
Sortez ces dernières de l’ombre une par une, acceptez-les, ressentez-les pour les apprivoiser.
C’est seulement après cette étape que vous vous focaliserez sur vos envies et non sur vos vos peurs.
Se concentrer sur vos envies va vous permettre d’amplifier le positif et d’anticiper mieux le futur.
Vous l’avez compris, c’est votre état d’esprit qui va modifier la donne !
Choisissez donc vos pensées avec soin ! Virez le pessimisme s’il tente de s’incruster dans votre tête et invitez plutôt notre ami l’optimisme.Souvenez-vous des paroles d’Alain (Propos sur le bonheur) :

Le pessimisme est d'humeur; l'optimimisme est de volonté. Tout homme qui se laisse aller est triste...

Pour garder le cap dans cette période anxiogène, je vous propose une session offerte de 40 minutes et un tarif spécial confinement pour des séances à consommer en visio sans modération.
#40%DeMargeDeManœuvrePourCultiverLeBonheur

Appelez-moi ou envoyez-moi un message pour prendre RDV.

Et si le stress devenait votre ami ?

Depuis le début du confinement, nous vivons une période très triste voire traumatisante. Certains se sentent particulièrement vulnérables. Cette situation que nous n'avions jamais connue fait ressortir nos propres fragilités et peut parfois générer du stress.

Heureusement, nous avons tous un Super Pouvoir : Celui de s’adapter aux différentes situations.

Si le stress s’invite en ce moment dans votre vie, c’est OK et c’est même assez normal !

Accueillez-le comme un ami plutôt que de le combattre

Le stress n’est pas -en soi- négatif sauf s'il devient chronique donc ne le laissez pas s’installer trop longtemps. !

Il peut vous challenger, vous permettre d’être au top de vos capacités.
De +, vous adoptez grâce au stress les bons réflexes de survie.

Une amie de ma mère, une grande actrice de théâtre, Maria Mauban m’avait confié avoir eu le trac toute sa vie. Le trac de l’acteur a souvent un effet stimulant et dynamise ses performances.
Leur challenge est de transformer l’énergie du stress en moteur et éliminer le stress inutile.  

Dernièrement, un coaché m’a demandé une séance en urgence car il avait une crise d’angoisse provoquée par la peur de ne pas arriver à effectuer une tâche professionnelle.


Je l’ai invité à prendre un peu de recul en lui posant ces simples questions :

Au pire, si tu te plantes, est-ce si grave ?

Quelles en seraient les conséquences ? Est-ce que tu y penseras encore dans un mois ?

Au mieux, si tu réussis, que se passe-t-il ?

Peux-tu voir tes exigences à la baisse puisque tu travailles dans des conditions différentes avec le confinement ?

Je l’ai invité à se focaliser à un moment de sa vie où il s’était senti invincible et à s’imprégner de cette nouvelle émotion.
Je l’ai rassuré car je ne mets pas en doute une seconde ses capacités : « ça va aller, tu vas assurer ».

Puis, enfin, je lui ai demandé :

"Penses-tu réussir ce challenge" ?

Et la réponse fût oui.

Il n'était plus dans la rumination mais orienté solution car, libéré de ses blocages, il s'était visualisé accomplir cette tâche.

Pour que le stress devienne (enfin) votre allié, changez votre perception, dites-vous que c’est un ami qui vous veut du bien.  

Je vous invite, dans un premier temps, à identifier les symptômes de celui-ci :

· Physiques : Maux de tête, troubles digestifs, tensions musculaires, fatigue…
· Émotionnels : tension, irritation, perte de motivation et de confiance…
· Cognitifs : Pensées négatives, peurs, cauchemars, pertes de mémoire et de concentration.
· Comportementaux : Manger trop ou pas assez, besoin d’alcool, cigarettes, agitation…

Ensuite,  je vous propose de créer des rituels quotidiens pour vous recharger les batteries et transformer le stress en moteur.

Créez un rituel du matin pour commencer la journée avec le Smile.
Quelle est le rituel que vous pouvez mettre en place pour passer une bonne journée ?
Cela peut passer par danser en musique, une session de yoga, de méditation, de lecture, d’écriture, finir la douche par un jet froid, monter et redescendre les escaliers plusieurs fois.

Prenez une pause avec une respiration apaisante pour vous reposer ou vous endormir.
Mettez une main sur le cœur et l’autre au choix, sur votre plexus solaire ou votre ventre. Vous respirez tranquillement sans changer de rythme et vous prenez conscience de votre respiration, des sensations de vos mains sur votre corps. Restez comme cela 5 minutes, très absorbé par votre respiration. La détente mentale et physique est assurée !

Faites des pauses entre 2 sessions devant l’ordinateur pour reposer vos yeux :
Mettez une main sur chaque œil, sans contact avec votre œil, et faites le noir. Restez les yeux ouverts 3 à 5 minutes.
Une variante : dans la même attitude, imaginez un bateau sur une ligne d’horizon, ce bateau se rapproche et recule, vous faites ce va et vient plusieurs fois pour permettre à vos yeux de s’accommoder et constituer un geste de prévention contre la presbytie.

 Massez vous pour dénouer les muscles contractés et évacuer le stress.

Automassage :

du cuir chevelu : vous prenez votre tête à pleine main et vous vous massez le cuir chevelu, vous pouvez essayer de le décoller en effectuant des mouvements circulaires. C’est très relaxant et cela stimule la pousse des cheveux en activant la microcirculation locale.

du visage : massez-vous le tour des yeux, les tempes, le front, relâchez la mâchoire.

du plexus solaire (ce petit creux situé au centre juste en dessous des côtes) avec une goutte d’huile essentielle de marjolaine mélangée à une goutte de lavande. Masser cette zone est très efficace quand on est sur le point d’exploser… au bord de la crise de nerfs !

des pieds : effectuez de petits mouvements circulaires sur toute la surface de la plante des pieds, massez aussi vos orteils, étirez-les chacun leur tour. Dans le pied, vous avez accès aux terminaisons de tous les méridiens d’acupuncture qui correspondent à tous nos organes vitaux.

Le défi : Donner le meilleur de vous-même en cette période compliquée:).

Que la force soit avec vous  !" *

* Phrase culte de l'univers Star Wars

Et si nous plantions des graines d'amour ?

Actuellement, nous vivons une période compliquée et, si vous êtes bloqués chez vous comme la plupart d’entre nous, vous ressentez peut-être un sentiment d’impuissance et vous perdez vos repères du quotidien.

Mais même à la maison, vous pouvez continuer à semer des graines avec amour et les disperser autour de vous …

Ce que vous semez aujourd’hui seront les récoltes de demain.

Votre attitude et vos pensées ont un véritable impact sur le monde !

Alors, qu’allez-vous planter comme graines aujourd’hui et les jours à venir?

Celles de l’amour ?

De l’inquiétude ?

Du doute ?

De l’angoisse, de l’anxiété ?

Ou encore la culpabilité ?

Et si nous plantions, ensemble, les graines de l’amour ?

Cela va passer par l’amour de soi

Vous allez passer quelques semaines face à vous-même. C’est une situation non choisie, dans un environnement compliqué et cela peut donc provoquer des angoisses. Pour vivre au mieux cette expérience, vous avez besoin tout d’abord besoin de vous aimer + que jamais d’avantage.

#AllYouNeedIsLovingYourself

Tout d'abord, qu’est-ce que l’amour de soi ?

Tout simplement, c’est le fait d'accepter et d'apprécier la personne que nous sommes véritablement.

L’amour de soi n’est pas égal à un égo surdimensionné.

Souvent, les personnes avec un égo surdimensionné ne s’aiment pas réellement et se rassurent en mettant en avant une réussite professionnelle, une belle maison ou encore une famille qui parait si parfaite…
Socialement, cela leur offre une bonne image d’eux mais celle-ci est fondée sur un château de sable.
L’amour de soi peut vite s'effondrer quand il dépend de ce que vous avez et non pas de qui vous êtes.
Aujourd’hui, + que jamais, vous vous rendez compte que rien n’est acquis.
Pouviez-vous imaginer avoir besoin un jour d’une attestation de sortie pour effectuer vos achats de première nécessité ?

 L’amour de soi, c’est comme un muscle, ça se renforce.

C’est donc en votre pouvoir de le renforcer petit à petit ! #YouVeGotThePowerCela demande bien sûr un entrainement régulier....

123 partez, c’est parti !

Pour commencer, je vous invite à ne plus vous dénigrer.
Vous n'êtes pas vos erreurs !
Si ça vous arrive, demandez-vous pardon comme vous le feriez pour un ami.
Puis reformulez vos propos :
Stop au : « qu'est-ce que je suis con ! ».
Oui au : « j'ai fait une bêtise », « j'ai oublié de », « j'ai raté ».

Et même, soyons fou, je vous propose, à chaque fois que vous croisez votre reflet dans une glace, de vous chuchoter des mots doux au creux de l’oreille :


 « "Toi, je t’aime"," tu es quelqu’un de bien" ou encore "tu as de la valeur".
Trouvez les bons mots qui résonnent en vous. Si vous avez l’impression que ça sonne faux, ajoutez "de + en +" (par exemple :"Toi, je t’aime de + en +").
Seulement, il est parfois plus facile d’aimer son entourage que soi-même …

Et pourtant, vous êtes le seul, the only one, à pouvoir vous offrir cet amour …
Faites aussi les choses pour lesquelles vous êtes doués car vous deviendrez vite excellents et cela vous aidera à avoir une bonne image de vous.

Vous ne vous en sentez pas capable ?

Rappelez-vous qu’une capacité, c’est un aboutissement, pas un départ. Toute capacité s’acquiert avec l’exercice, n’est-ce pas ? Donc, vous n’acceptez aucune fausse excuse, vous décidez juste d’en devenir capable.
Comme le soulignait le chirurgien Sauveur-François Morand : « c’est en forgeant que l’on devient forgeron ».
La psychologie positive démontre qu'être heureux passe par la relation aux autres


Parce que la véritable source de votre bonheur se trouve dans l’amour de soi et aussi, bien sûr dans, la relation humaine, continuez à cultiver du lien social virtuellement. Découvrez les applis comme zoom ou houseparty pour faciliter les échanges.
Cela vous fera du bien ainsi qu’à vos proches.
Sachez leur dire « je t’aime » et prouvez-leur de mille façons à quel point ils comptent pour vous.


Continuez à envoyer plein d’amour à vos proches en multipliant les attentions. L'amour peut prendre différentes formes : un clin d’œil virtuel, un appel, une proposition d’aide, un jeu participatif, un apéro virtuel.

#AllYouNeedIsLove

Plus facile à dire qu’à faire me diriez-vous peut être…

En ce moment vous vous sentez surtout envahi par des pensées négatives même si (ce que j’espère de tout mon cœur) vous n’avez pas été touché personnellement vous ou vos proches par le coronavirus.

Ces pensées naissent peut-être de la compassion pour les personnes touchées ou /et de ne plus pouvoir être libre de vos mouvements, de l’incertitude financière, de la peur qu’un proche ou vous-même attrapiez ce virus…

Vous avez besoin de reprendre le contrôle de vos pensées car ce qui donne le stress est l’interprétation de l’évènement plus que l’évènement en lui-même.

Je vous invite à :

 Examiner régulièrement les croyances irrationnelles que vous pouvez avoir et tenter de les corriger.

 Être conscient que vos pensées sont parfois obscures et irrationnelles

 Rester calme en vous concentrant sur tel ou tel élément positif et en rendant votre environnement le plus agréable possible.

 Puis se poser ces 2 questions :

1. Est-ce cette pensée m’aide à me sentir mieux, ou à mieux gérer la situation ?

2. Puis-je faire quelque chose pour changer les évènements ?

Si la réponse est oui :

Projetez un film sur votre écran intérieur, voyez votre situation actuelle pendant quelques instants puis projetez-vous dans l’avenir et imaginez-vous ayant réussi.

Regardez, touchez, écoutez, sentez, goutez mentalement cette réussite.

Eprouvez les sentiments que vous éprouverez lorsque vous aurez atteint votre objectif.

Empli de ces sentiments de joie, de fierté et succès, revenez au jour d’aujourd’hui et visualisez la séquence des actions qui vous mèneront jusqu’au résultat positif.

Respirez pleinement, vous êtes prêt.

#JustDoIt #Nike

Si la réponse est non :

Dites stop à la rumination

Comment ?

Repérez les pensées qui tournent en boucle dans votre tête ? Donnez un nom à l’émotion qui se cache derrière cette pensée négative. Acceptez là.

Demandez à vos pensées gentiment mais fermement de baisser d’un ton.

Oui vous les avez entendues mais non il n’y a pas de solution.

Bougez

Sautillez, boxez dans l’air

En même temps, pensez à quelqu’un (ou un animal) que vous vous aimez. Reliez-vous à du positif car vous vous ne pouvez pas penser à 2 choses à la fois. Souvenez pourquoi vous l’aimez …

Chaque matin, ouvrez grand la fenêtre, respirez et programmez-vous au moins trois choses agréables dans la journée.

Chaque soir : remémorez-vous tous les moments agréables de votre journée et échangez-les en famille, sur un cahier, un groupe whatsapp….


Alors, on s'aime (sème) ?


 Plantez une petite graine d’amour, elle deviendra une jeune pousse à entretenir chaque jour. La récolte vous satisfera, quoiqu’il arrive. L’amour est toujours une floraison très belle !


Je compte sur vous mes jardiniers du bonheur  ;)

Et si vous vous détachiez (un peu) de votre égo?

Le covid 19 nous rappelle à quel point nous sommes peu de chose et que nous faisons un tout avec la Terre.


Le saviez-vous ?

Une étude de Weizmann des Sciences dévoile que l’humain représente seulement 0,01 % des formes de vie sur la Terre (les plantes représentent 83% des êtres vivants–suivies par les bactéries (13%) et les autres êtres vivants (5%) dont les insectes, champignons et autres animaux.

Ça calme !

N’est-il pas temps de se détacher de notre égo ?
.
L’égo est une image que l’on se fait de soi-même.

L’égo est nécessaire, il devient votre ennemi quand il est surdimensionné et guide votre vie vers un chemin qui ne vous convient pas.

Votre égo vous joue des tours. C’est lui qui vous fait vous identifier à ce qui vous parait valorisant dans votre vie ( fonction pro, statut social,  diplômes etc).

Une clef fondamentale pour remplacer un égo surdimensionné par une saine estime de soi est de se regarder avec le sourire et se dire :

 Toi, mon pote, je t’aime tel que tu es, tu as de la valeur en étant simplement toi-même.

En cette période compliquée (voire catastrophique pour certains), vous avez peut-être remis certaines évidences en question.

Ce qui était primordial et un dû hier peut vous sembler superflu et incertain aujourd’hui.

D’ailleurs, si vous avez fait beaucoup d'efforts pour nourrir votre égo,  vous ne vous sentez peut être pas en harmonie avec votre façon de vivre.

Une fonction valorisante mais très stressante ainsi que la (sur) consommation peut offrir des bouffées d’euphorie et donner l’impression d’être important le temps d’un instant.

Mais à quel prix ?

Celui de passer à côté de votre propre vie parfois…
.  
Il peut arriver, quand on a une fonction très valorisante, qu’après un licenciement, on a l’impression de perdre toute sa valeur.

il suffit d’une introspection pour se rendre compte qu’à, plus ou moins grande échelle, chacun joue un rôle dans sa vie et porte plusieurs masques interchangeables selon les situations.

Pourquoi portez-vous un masque ?

Porter un masque peut aider à séduire son entourage et vous rassurer car les grandes peurs de l’humain sont :

Se faire rejeter,
Ne pas être aimé.
Être humilié,
Être critiqué

Et, à ce propos, en ce moment, il y a un paradoxe énorme :


Si vous travaillez à l'extérieur de chez vous, vous devez porter un masque pour vous protéger du virus. ?
Si vous êtes confiné et donc libéré du regard des autres, vous pouvez faire tomber le masque (social).


Mais attention. L’égo est tenace, et cela peut prendre un certain temps pour le mettre à bonne distance.


Cela commence par :

Être centré sur les autres au lieu de leur demander de combler le vide,
Prendre du recul émotionnellement,
Accepter vos erreurs, vos échecs,
Accepter de n'avoir aucun contrôle sur certains évènements.
Vous aimer tel que vous êtes...
    
Vous vous plaignez peut-être, en ce moment, de mal supporter le confinement car vous avez un appartement trop petit, des enfants bruyants ou encore vous ne supportez pas la solitude avec en + la peur au ventre.


Et si, au lieu de vous focaliser sur vos malheurs, vous ouvriez votre fenêtre en grand et regardiez chez le voisin ?


Pas pour remarquer qu'il a un bien plus grand appartement, voire un balcon hein.


Quand vous êtes trop centré sur vous-même, posez-vous cette simple question.


Que puis-je faire pour me connecter avec mon cœur et aider mon prochain ?


En ce moment, même confiné, vous pouvez apporter votre pièce à l’édifice avec un peu de temps, argent ou/et savoir-faire.


Pour insuffler un peu d’espoir, vous pouvez par exemple :  


Préparer des gâteaux pour le personnel soignant ("vos gâteaux "sur Insta), créer des masques pour les soignants, aider une vieille voisine pour quelques courses, composer une chanson pour soutenir les soignants, les pompiers, la police, les caissiers, le personnel de ménage, les éboueurs…


+ vous serez tourné vers les autres d’une façon sincère et + vous vous détacherez de votre égo :

Vous détacher de votre égo vous permettra de :

vous rencontrer réellement,
vous rendre compte que vous êtes bien mieux que votre personnage,
respecter notre jolie planète.

C'est donc un je (u) qui en vaut la chandelle !


Et pour finir, Je vous invite à (re)découvrir cette légende amérindienne dont la morale a été modifiée popularisée par Pierre Rabhi.

La légende du bolibri


Imaginez, nous sommes dans une forêt et un énorme incendie se déclare. Tous les animaux terrifiés se retrouvent piégés dans leurs terriers ou fuient.
Tous sauf un.
Un courageux colibri vole et prend quelques gouttes d’eau à la rivière dans son petit bec pour les jeter sur le feu. Inlassablement, il continue.
Après un moment, agacé, un toucan à l’énorme bec, lui dit : "Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec quelques gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! "
Et le colibri lui répondit : "peut-être, mais je fais ma part ».


A méditer :)

Et si, ensemble, nous inventions un monde meilleur ?

Ah le printemps, cette douce saison si propice pour mettre de la couleur et de la gaieté dans notre vie.

Et pourtant, le printemps 2020 en avait décidé autrement.
Cette fois ci, les beaux jours n’annonçaient en rien un bonheur coloré.
Cette fois ci, les beaux jours étaient synonymes de confinement, peur & colère.

En l’espace de 2 mois, Nous avons vécu ensemble, une épreuve/expérience collective + ou – compliquée.

      7/03/20 : First round : confinement #RestonsChezNous

Pour certains d’entre vous, le confinement signifiait rester chez soi, seul ou en famille, pour éviter d’attraper et de propager le Covid .
Et pour d’autres, les héros du quotidien comme les soignants, éboueurs, caissiers (etc), le confinement rimait avec travail, épuisement & risque.

Mais, pourtant, notre objectif était bel et bien collectif : baisser la courbe des patients en réanimation !

On s’est adapté et instinctivement, chacun a trouvé des nouveaux repères, des nouvelles ressources pour vivre au mieux cette parenthèse inédite.

C’était un moment enclin pour l’introspection, la réflexion et la solidarité.  

     l1/05/20 : Second round : déconfinement « progressif » #RestonsPrundents

La vie a repris son cours avec des restrictions car l’ennemi est encore sournoisement présent.

Alors, de vote côté, vous avez peut-être continué le home office ou repris courageusement le chemin du travail, et pour ceux qui étaient déjà au front, le combat continue. #OnNeLâcheRien

 Puisque nous ne pouvons pas reprendre nos anciennes habitudes, mettons en place des nouvelles dispositions respectueuses de nos envies dans cet environnement qui va évoluer au fil des mois.
Pour se protéger et protéger les autres, les codes ont changé : sortir oui mais toujours avec les gestes barrières : plus de bisous, des masques, une distance de sécurité à respecter. …

     Mais alors, comment allez-vous faire pour montrer à votre famille, à vos amis de cœur que vous les aimez fort si vous ne pouvez plus les prendre dans vos bras ?

Il va falloir redoubler d’ingéniosité et inventer une langue des signes :  garder un contact visuel, envoyer un baiser en formant avec les mains un cœur, ou encore faire un geste comme mitonner un gâteau fait maison, envoyez un message avec un « je t’aime » dans une dizaine de langues…

Plus que jamais, on va avoir besoin d’amour et d’attention ! #DesMilliersDeCoeursRienQuePourToi

Certains d’entre vous sont déjà épuisés physiquement et/ ou émotionnellement et ne peuvent compter que sur eux-mêmes dans cette crise.
En effet, vous faites peut-être partie de ceux qui ont perdu des proches ou qui ont été affaiblis par le Covid physiquement ou financièrement. En ce moment, vous avez probablement peur de perdre votre emploi ou vous vous demandez comment vous allez faire pour sauver votre entreprise.

Vous allez avoir besoin de courage, de remise en cause, de prise de risque, pour rebondir et vous ouvrir à des perspectives nouvelles.
Il va falloir commencer à penser solution et non problème, s’amuser à remplacer le « oui mais » par «oui et ».

Ce sera loin d’être la période la plus simple. #PowerFaithLove

Cette co-construction va vous demander de redoubler de créativité pour aller chercher des ressources au plus profond de vous-même.
La créativité a pour objectif de stimuler l’imagination pour produire le maximum d’idées afin de les concrétiser. C’est le moment de déterrer vos rêves enfouis au plus profond de vous -même.

L’écrivain américaine Julia Cameron rappelle dans son livre : « libérez sa créativité » que lorsque votre “Moi émotionnel”, celui qui qui gère les ressentis, est équilibré, du moins réajusté, votre “Moi créateur”, qui représente votre envie d’aller de l’avant , peut s’exprimer en accord avec vous-même.
Pour équilibrer votre “Moi émotionnel”, elle vous invite à écrire chaque matin ou chaque soir :

• ce qui vous tracasse ;
• ce que vous aimeriez voir évoluer ou changer ;
• vos problèmes ;
• des hypothèses de solutions.

Par exemple : “Je ne vais pas retrouver de travail » Une des hypothèses de solution est : “Je remets mon LinkedIn à jour, j’en parle à mon réseau, je me forme.”
Trouver des solutions est une preuve de créativité.

Si toutefois vous bloquez, elle suggère de répondre aux questions suivantes spontanément :

• Quelles sont les cinq choses que vous ne ferez jamais, mais qui vous semblent drôles ou un peu honteuses ?
• Quelles sont les cinq compétences que vous aimeriez posséder ?
• Quelles sont les cinq choses que vous aimeriez faire, ici et maintenant ?

Laissez votre inconscient vous parler. Vous serez surpris de ce qu’il a à vous dire…
On va expérimenter une autre façon de vivre et bien sûr se donner le droit de se tromper, continuer d’apprendre de nos réussites comme de nos erreurs.
Surtout faites au mieux sans viser la perfection.
Soyez indulgents avec vous-même !

Et si ce virus nous permettait après coup de réajuster nos relations sociales, revoir notre façon de vivre et de nous rappeler ce qui est vraiment essentiel ?

Ensemble, tentons d’inventer un monde meilleur !

Abonnez-vous à notre Newsletter !