Coach en développement personnel paris - burnout

10 raisons pour renforcer ses limites pour être plus heureux(s)e au travail.

 

 

Il y a deux sortes de limite, celles que vous vous mettez (par rapport à vos valeurs, vos règles de conduite, etc...) et celles que vous posez aux autres (par rapport à leur comportement).

Une pression positive pour des résultats performants

Pour être heureux au travail, il est important de se sentir utile à l’entreprise, trouver sa place, se sentir respecté. Avoir des objectifs ambitieux va stimuler si la personne qui les donne est elle-même dans la construction. La pression négative peut vous amener à vous faire sentir extrêmement fatigué, déprimé ou en colère pour des situations faciles à gérer si vous n’étiez pas dans le stress. Cet événement devient la goutte d’eau qui fait déborder le vase, l’incident en trop !

Ce vase est souvent rempli de vos frustrations accumulées.

Renforcer vos limites vous permet de vider ce vase et de ne plus jamais le laisser déborder.

Demandez-vous après quoi vous courez pour en faire toujours plus ? La reconnaissance ? Une promotion ? La sérénité ? L’avez vous obtenu ? Comme le disais Socrate, « Connais-toi toi-même »

Clarifier vos limites

Soyez clair avec vous même et avec vos collaborateurs :

  • Posez des règles dans une dynamique positive à l’égard de l’autre. 
  • Exprimez fermement ce que vous voulez et ce que vous ne voulez plus. 
  • Envoyer un message précis : « je te demande de »
  • Formulez la demande toujours d’une façon positive, jamais dans l’attaque. 
  • Restez tolérant vis à vis des autres.

Les avantages

Pourquoi renforcer vos limites vous rendra plus performant, plus créatif, en meilleur santé :

  • Vous ne laisserez rentrer dans votre espace seulement que le positif et les situations supportables. 
  • Vous ne laisserez plus jamais personne abuser de votre disponibilité ou gentillesse, (on vous donne toujours des dossiers à la dernière minute, les journées de congés ne sont pas toujours synonyme de liberté car il vous reste toujours un travail à faire...). 
  • Vous attirerez des nouvelles personnes et de nouveaux comportements positifs. 
  • Vous vous sentirez respecté. 
  • Vous vous sentirez allégé d’une façon surprenante.
  • Les situations stressantes vous paraîtront gérables.
  • Vous vous sentirez en harmonie avec votre environnement.
  • Vous serez vous-même.
  • Un nouvel optimisme va se dégager de votre personnalité. 
  • Une nouvelle force va se réveiller en vous.

Alors dès aujourd’hui, pour être plus performant et travailler dans le respect et la bonne humeur, soyez clair envers vous même et vos collaborateurs par rapport à vos limites tout en restant souple !

Comment avoir confiance en soi ?



« Rester soi-même dans un monde qui tente constamment de te changer est le plus grand accomplissement ». Ralph Waldo Emerson ,

La confiance en soi un socle fort de votre vie, un pilier du bonheur !

•    La confiance en soi, c’est d’abord croire en ses capacités d’apprendre, d’évoluer, de prendre des décisions.
•    C'est prendre conscience que vous pouvez compter sur vous même face à toutes les situations, même les plus difficiles à affronter.
•    C’est faire confiance en la vie tout simplement et au bonheur qu’elle peut vous offrir lorsqu'elle agit en symbiose avec votre propre  assurance !

Vous en avez certainement plus que vous croyez mais elle peut être enfouie en vous, comme un petit volcan qui sommeille, prêt à se réveiller… Pour la faire ressurgir, Il suffit de s’entrainer. La confiance en soi est comme un muscle, elle peut se tonifier ou s’atrophier selon le training…
Un nouveau-né a une valeur forte juste en existant ! Il recèle tant d’espoir, de possibilités…
Vous, c’est pareil ! Vous  êtes important, qu’importe votre chemin de vie parcouru. Vous faites partie d'un tout, vous avez votre place, vous êtes une pierre d'édifice, vous êtes une parcelle de cet univers. Soyez en fier(e)s et faites vôtre cette confiance personnelle, moteur de votre vie…
La confiance en soi se construit, s'édifie au cours de la petite enfance grâce à la reconnaissance et les encouragements reçus par votre entourage : vos parents, vos professeurs etc. Cette mise en lumière de votre richesse personnelle peut se développer par une prise de conscience et un changement de croyances sur vous-même, sur votre  vision de la vie.



Et vous, où en êtes-vous ?

A-t-on semé suffisamment de graines de protection, de valorisation, d’amour pendant votre enfance pour que vous ayez récolté une  confiance en soi stable ?  Avez-vous été  mis en valeur?  Vous a-t-on  apporté cette énergie positive pour vous permettre d’avancer confiant pendant les périodes difficiles ? ?

Cultiver votre confiance en soi, c’est

•    S’accepter, faire fructifier sans bridage ses talents, y croire, chercher des dépassements de soi sans s'appesantir ou s'apitoyer sur ses faiblesses.
•    Etre authentique : sans masque, qu’importe le regard de l’autre, il n’engage que lui. .
•    Faire au mieux sans attendre de la reconnaissance, ne pas chercher la perfection.
•    Rester confiant même après un échec : Penser mériter le meilleur : visualiser la réussite

 ? La meilleure arme pour cultiver la confiance en soi : le sens de l’auto dérision, le sens de l’humour : Rire de soi, ne pas se prendre trop au sérieux !
« Tu pourrais faire mieux » : cette  petite phrase apparemment anodine, oh combien entendue dans nos jeunes années, ébranle la confiance en soi. Promesse fallacieuse qui fait rêver : « Tu vas pouvoir être parfait à 100 % ». Cette perception est un frein au bonheur, elle vous donne cette croyance : « je n’ai de la valeur que si je suis parfait ».

? Je vous propose cette merveilleuse citation pour contrecarrer cette croyance : "fais ta vie à l'image de ce que tu as en toi de meilleur" !

Si vous pensez toujours : « je peux faire mieux », vous douterez de vous et attendrez l’approbation de l’autre ! Vous serez poussé à devenir perfectionniste pour prouver que vous avez de la valeur. Une fois engagé dans ce challenge -bras de fer, vous risquez de perdre votre énergie, votre temps, votre joie de vivre... Vous serez organisé, efficace avec le goût du détail, certes,  mais vous ne trouverez pas la tranquillité de l’esprit ! Vous ne serez jamais complètement satisfait de vos résultats  car la perfection n’existe pas.
Vous ne saisirez pas certaines opportunités de peur de ne pas faire assez bien. L’échec vous semblera une preuve de vos faiblesses ! Si vous vous forgez une identité, une image, un "aura", grâce à vos réussites, un brutal échec ou une erreur, une défaillance peut tout ébranler et plus dure sera la chute !
Oser sortir de sa zone de confort, c’est oser rater ! C’est être audacieux…Qu’importe le résultat, avoir osé, c’est déjà une raison suffisante pour être fier de soi !



? Pour garder une  confiance en soi stable : Ne vous identifiez ni à vos échecs, ni à vos réussites !

Il n’est pas possible de gagner à tous les coups ! C'est normal de faire des erreurs. Les échecs sont des occasions d'évaluer de nouvelles ressources. Les conséquences de tout échec, quel qu'en soient sa nature et son envergure, dépendront de votre réaction à l'acceptation. Il est important de garder la tête haute ! Estimeriez-vous moins votre meilleur ami, le jour où il subira un revers ?  Non, bien  sûr ! Alors pourquoi le feriez-vous avec vous-même.
Pour renforcer sa confiance en soi, prenez conscience de tout le chemin parcouru, de vos qualités mises en exergue, de vos talents cachés révélés au grand jour et félicitez-vous !
Notre culture ne nous apprend pas suffisamment à nous valoriser, ni à nous montrer sous notre meilleur jour. Quel dommage ! Se congratuler n’est pas être prétentieux ! C’est juste avoir une saine confiance en soi.
L’arrogance ou l’orgueil  nait d’une surestimation de soi et traduit au contraire un manque d’estime de soi. ???
Nous devons nous ré- approprier notre moi, à mieux nous aimer comme nous sommes, puis dans la vie en couple, grandir ensemble, s’imprégner l’un de l’autre,  faire de nos différences, des forces !
Ne laissez jamais le souffle de l’autre éteindre les braises de vos rêves, de vos espoirs, de votre foi en la vie…
Je vous propose un exercice pour évaluer vos forces, vos qualités, vos talents.
Prenez une feuille de papier et écrivez votre prénom au milieu en grosses lettres  (ou autre : dessin, photo…je laisse place à votre créativité)
Ecrivez en haut de la feuille tout ce que vous avez réalisé dans votre vie : niveau familial, professionnel, scolaire, sportif, amoureux, amical, loisirs, voyages, vos fiertés de la vie quotidienne (comme un bon fondant au chocolat réussi…)
Puis en bas toutes vos qualités, vos talents, vos forces…
Affichez cette feuille dans un endroit bien en vue pour pouvoir la compléter avec de nouveaux succès et la relire, vous en imprégner  régulièrement.  :
Je vous propose aussi de faire appel à votre entourage par écrit  (sphère personnelle : (amis, famille) et professionnelles (collègue, manager, client fournisseur…) et de les questionner sur vos qualités et vos points forts   Demandez le à des personnes  bienveillantes et au moins une ou deux qui sont importantes  à vos yeux. Leur feedback sera un cadeau que vous pourrez garder précieusement toute votre vie …
Si vous avez envie d’être accompagné un bout de chemin pour cultiver une saine confiance en soi, mettre à jour vos objectifs et les atteindre sereinement, appelez-moi !

Ensemble cultivons votre bonheur, avec la méthode BONHEURS.

Comment revenir de la tristesse à la joie ?

A quel moment vous sentez vous le plus heureux ?

En fait, d’une façon générale, on se sent heureux quand nous sommes dans une énergie positive comme l’amour, la joie, le désir. 

Mais pour exister, pour vibrer, pour exprimer nos sensations, nous avons autant besoin du positif que du négatif : de l’amour, de la joie, du désir mais aussi de la tristesse, de la peur, de la colère…

Moi je pense que nous sommes comme une pile humaine. Imaginez : mon corps, ma vie, c’est une batterie, et cette batterie est rechargeable.
D’un côté il y a le « moins », de l’autre le « plus »… l’énergie circule du négatif au positif, et ça fonctionne très bien. Si la pile se décharge, même si elle se vide complètement, on la recharge avec une bonne énergie et elle est prête à faire repartir la machine.
Etymologiquement dans le mot bon-heur, il y a « bon », on l’oublie trop souvent ! cela nous renvoie au bien ! Ça nous rappelle qu’on oppose le bon au mauvais, le positif au négatif ! Si on reste bloqué dans des émotions négatives, on risque de finir en « burn-out », qui signifie littéralement « se consumer jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien à brûler »
Le bonheur est une source d’énergie inépuisable !
Vous devez canaliser cette énergie pour revenir au positif. Connectez vous à vos envies, vos compétences, vos forces, vos talents...Prenez un moment pour les noter et demander à trois personnes de cercles différents quels sont vos talents... Vous serez sans aucun doute agréablement surpris.
Et vous, quelle est votre astuce pour vous recharger les batteries ?



Comment trouver son équilibre entre vie pro et vie perso ?


  « Ce qui m’étonne le plus en occident ? Les hommes… parce qu’ils perdent la santé pour gagner de l’argent et après, dépensent cet argent pour récupérer la santé. A penser trop anxieusement au futur, ils en oublient le présent, à tel point qu’ils finissent par ne vivre ni au présent ni au futur. Ils vivent comme s’ils n’allaient jamais mourir et meurent comme s’ils n’avaient jamais vécu » Dalaï Lama

On constate une baisse de la pénibilité et moins d’heures de présence en entreprise, et pourtant la qualité de vie a baissé dans le travail avec des salariés de plus en plus stressés. 35% des Français jugent même que le travail nuit à leur santé… En plus d’une pression permanente de performance, de compétitivité, de Chiffre d’Affaires, les salariés restent souvent connectés à leur smartphone en dehors des heures de travail.
Le stress et la fatigue engendrés dans la journée professionnelle ressortent bien sûr dans leur relation personnelle avec leur famille, leurs amis… Aujourd’hui, qu’on soit une femme ou un homme, la société demande à chacun de remplir toutes les cases : un bon job, une jolie famille, des tas d’amis et des activités enrichissantes… 63% des femmes (et 56% des hommes) se sentent débordées par ce qu’elles/ils ont à faire à la maison.

L’idéal serait, bien sûr, de trouver un juste milieu entre les deux sa vie professionnelle et sa vie perso, mais où se situe exactement cet équilibre fondamental, celui qui vous épanouira, ce « juste milieu » aussi mythique que l’Eldorado ?

Comment parvenir à jongler intelligemment entre les deux, faire que la vie pro et la vie perso s’enrichissent l’une de l’autre ? Je laisse votre créativité parler : organisation, méthode, innovation, partage, solidarité, tolérance, entraide, courage…


Si vous parvenez à bien séparer et maîtriser ces deux sphères de façon harmonieuse et lucide, vous canaliserez aux mieux les crises de vie (divorces, maladies, retraite…). Vous puiserez toutes les ressources nécessaires dans vos loisirs, l’amitié ou l’amour…


?Pour le parent monoparental, il est difficile de ne pas se laisser déborder, de trouver du temps pour soi. S’il gère seul à la fois sa vie professionnelle, familiale et sentimentale, il risque d'égarer en route son équilibre vital, sa bonne humeur naturelle, voire même sa santé… Faire preuve de sagesse et d’humilité en cherchant des ressources extérieures capable de l’aider à surmonter certaines contraintes ou, mieux encore, les éviter, est un premier pas à faire vers plus de joie et de liberté.


?Pour les entrepreneurs, chefs d’entreprise, ou cadres, définir la frontière entre vie pro et vie perso peut devenir une difficulté majeure. A quel moment quitter complètement sa posture d’entrepreneur ? Se fixer un cadre avec des horaires et des vrais moments de repos sur son agenda est indispensable. Lucie, une de mes amies, a une astuce simple et efficace : elle enlève sa montre quand elle se met en mode « off ».


Certaines personnes misent tout sur leur vie professionnelle, jusqu’à mélanger leur identité sociale et personnelle. Elles s’identifient à leur entreprise. Elles sont influencées par leurs fonctions, leurs codes vestimentaires, comportementaux, les valeurs, rituels ou renommée de l’entreprise…
 
Est-ce un chemin pour se réaliser ? Oui, certainement, si leur relation à elle-même est valorisante ! Mais cela peut devenir nocif si elles nourrissent trop le besoin d’exister, d’être reconnues, de se sentir « enfin » quelqu’un via leur cursus ou leur carte / trajectoire professionnelle. Elles ont pourtant mille atouts à mettre en exergue : la richesse de leur personnalité, leurs qualités humaines, leur créativité, leur bonne humeur …
Ces dernières sont souvent perfectionnistes, aiment tester leurs limites, misent sur le dépassement de soi si cher aux grands sportifs. Après une réussite, elles s’attaquent à un nouveau défi sans même prendre le temps de se féliciter, de lâcher prise. On peut toujours mieux faire. Certes ! Mais qu'en restera-t-il le jour où vous n’arriverez plus à suivre le rythme de ce train fou ?
Est-ce cela la vraie vie ?

Devenir des sortes d'androïdes, être réduit à des fonctions…

OMG* ! ???

Votre fonction fait partie de vous mais elle n’est pas vous !

Il est primordial de distinguer son « moi personnel » et son « moi professionnel ». C’est-à-dire distinguer son « moi » de sa « fonction » et de son « rôle ».