Comment déconnecter cet été

Vous avez passé plusieurs semaines sur une mission auprès d’un client, vous vous êtes approprié ses problématiques. Ses inquiétudes, ses process et ses échéances n’ont plus aucun secret pour vous et vous savez à quel point il compte sur vous pour l’accompagner sur la bonne voie dans ses développements business.
Comment allez-vous passer cet été les quelques jours (semaines) de vacances que vous êtes sur le point de prendre ? Allez-vous emporter dans vos bagages toute la charge qui pèse sur votre client ?
En bon professionnel, vous n’avez pas attendu le dernier moment pour réaliser que vous serez absent et que la relation que vous entretenez au quotidien avec votre interlocuteur allait s’interrompre pendant un temps déterminé.
Ce temps sera court pour vous, qui l’avez bien mérité, mais votre client aura l’impression que vous partez une éternité et grande sera la tentation de faire appel à vous pendant vos congés. Loin des yeux, peut-être, mais certainement pas loin de ses pensées.
Comment faire pour profiter au maximum de ce break estival ? Déjà, pour commencer, je vois deux mots-clés qui vont être déterminants pour y parvenir :
•    Dé-connecter : littéralement, cela signifie stopper les relations, ne plus lier les éléments entre eux. Concrètement, il n’est quand même pas nécessaire d’aller se terrer en ermite dans une grotte perdue au bout du monde, un peu de bon sens et de méthode vont vous aider à trouver la bonne formule pour organiser efficacement cette déconnexion.
•    Dé-tendre : votre quotidien est fait de travail et d’exigences, et tout ça se traduit par des tensions : nerveuses, physiques, etc. La proposition de détente est simple, elle consiste à se donner les moyens d’alléger les tensions environnantes (stress relief) et de casser la pression (relaxing break) pour, enfin, revenir à soi.
Lâchez-prise !
La société que vous accompagnez dispose de collaborateurs très compétents, et votre expertise constitue un appui précieux aux ressources internes, certes, mais vous restez néanmoins un « outsider ». Alors pour une fois, revendiquez votre extériorité et la distance qui existe entre vous et votre client. Et comme vous savez que vous avez pris les dispositions pour ne pas que votre client se retrouve « planté » en votre absence, faites-vous confiance et autorisez-vous à l’oublier !
Cette dé-connexion professionnelle vous permettra de vous re-connecter avec vous-même et votre entourage !
Vous avez décidé de prendre des vraies vacances ? Posez-vous les questions suivantes : comment je gère mon téléphone, mon ordinateur, mes mails ? Fixez-vous des règles et respectez-les !
Le mot « urgent » n’a pas la même signification quand je suis en vacances.
Oui, vous aidez votre client à définir telle stratégie, oui, vous alimentez toute la réflexion autour de telle infrastructure IT, oui, vous construisez avec lui tel projet auquel il pense depuis longtemps et c’est vrai, en votre absence, il va se sentir très seul, désemparé, peut-être même en panique.
L’activité en entreprise ne s’arrête jamais pour les vacances, chacun en est bien conscient. Il se peut même que votre client ait pris l’habitude, avec un de vos prédécesseurs ou sur une précédente mission, de maintenir le contact en permanence, et ce y compris pendant sa période de congés, ou celle de son consultant. Etes-vous prêt à accepter la même chose dans la relation que vous instaurez avec votre client ? Finalement, est-ce lui ou vous qui décidera de votre temps de déconnexion ?
En effet, vous offrez un maximum de temps, d’énergie à vos clients qui tirent de nombreux bénéfices du travail que vous faites ensemble tout au long de l’année! Grâce à vous, ils ont pu franchir des obstacles plus rapidement. Il est temps maintenant de vous occuper de vous.
Evitez de vous retrouver avec la batterie à plat !
C’est maintenant à vous de profiter de ce temps que vous vous offrez ! Ce serait malheureux de subir un « burn-out » pendant vos congés ! Les vacances sont faites pour se reposer, pas pour souffrir de toutes les petites misères qu’on n’a pas le temps de gérer au quotidien quand on travaille. Et puis un « burn-out » ne prévient pas toujours quand il arrive : avez-vous vraiment envie de vous consumer littéralement jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien à brûler, ou bien préférez-vous plutôt profiter de cette période de détente, de la proximité avec celles et ceux qui vous sont proches, et de la douceur du rythme de vos journées ?
Je vous propose quelques clés pour y arriver sereinement :
•    Prestance, allure, représentation : vivre sans chichi en appréciant des relations simples, dé-s-organisées, sans l’emballage hiérarchique, vestimentaire ou professionnel qui régit chacune de vos interventions. L’idée est de retrouver l’essentiel, d’apprécier chaque moment de plaisir simple…
•    Rythme : levé tard, couché tard, ou l’inverse selon vos plaisirs. La bonne heure est celle qui vous apporte du plaisir. La question du temps a ici une importance particulière : aviez-vous remarqué cette étonnante symétrie avec le mot bonheur : la bonne heure. Finalement, être heureux, dans tous les domaines de votre vie, ça signifie aussi savoir prendre le bon temps pour soi, au bon moment, tout simplement.
•    Concentration : lisez un bon bouquin plutôt, que de plancher sur le dernier graphique de tel ou tel Powerpoint.
•    Idées : bien sûr votre créativité est en toujours en éveil, même en vacances, c’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles vous excellez dans la fonction de consultant. Mais que faire de ces idées qui vous viennent à des moments où, franchement, vous ne devriez pas « penser boulot » ? Appliquez-vous avec rigueur une règle qui vous autoriserait à ne pas travailler sur un dossier avant d’avoir été formellement mandaté. Et donc, pendant vos vacances, pas de mandat !
•    Apprenez à alterner vos périodes d’effort et celles de « lâcher prise ». Cette alternance est vitale pour relâcher la pression et reprendre vos missions avec une énergie renouvelée. Ce serait finalement un comble si vous retourniez au travail sans avoir pu recharger vos batteries, car c’est votre énergie qui vous porte pendant toute l’année.
•    Préparez votre retour : fermer la porte au travail, ça ne veut pas dire pour autant tout interrompre et s’empêcher de penser. Accordez-vous un temps limité, chaque jour, pour noter sur un coin de cahier, ou sur un mémo informatique, les points sur lesquels vous devrez intervenir ou les idées que vous comptez suggérer à votre client à votre retour. Mais surtout faites-le avec parcimonie, ou sinon vous ne verrez pas la différence entre vos journées de travail et vos journées de vacances.
Il est temps de prendre son temps !
Parmi vos missions, vous avez certainement la responsabilité de veiller au respect des échéances pour l’entreprise que vous accompagnez. Les délais sont, avec les coûts et la qualité, un élément indispensable à la réalisation de l’objectif. Alors, dans votre agenda de travail, je vous invite à considérer cette période de déconnexion comme un évènement planifié : matériellement, ça veut dire que vous allez inscrire dans votre P.E.R.T. (Program Evaluation and Review Technique) ou votre W.B.S (Work Breakdown Structure) un temps de neutralisation dans la succession de vos tâches. Il est parfois nécessaire, aussi bien en gestion de projet qu’en consulting, de matérialiser cette période pour l’inscrire explicitement dans le déroulement des missions.
Finalement, pendant vos congés, vous n’êtes plus un « uniforme costume cravate », vous n’êtes plus une « fonction ». Accordez-vous simplement d’être vous-même, sans les rites et les codes qui encadrent votre activité professionnelle. Votre identité professionnelle ne serait pas entamée si on devait vous croiser au bord d’une plage, une glace à la main, en short et en sandales !
Je dirais en conclusion que, pour un professionnel expérimenté et responsable, les vacances sont une très bonne occasion d’être parfaitement imparfait !
Prenez du temps pour vous, et accordez-vous parfois de ne rien faire, sans culpabiliser ; cela vous ressourcera. Assumez le fait d’être humain et d’avoir, comme chacun, des envies, des besoins, du plaisir à déconnecter et vous recentrer sur un sujet que vous délaissez parfois au profit de vos clients : vous-même !


Please click HERE to read this article in english.

ImprimerE-mail

Qu' évoque pour vous le mot bonheur ?

Le trouvez-vous éphémère ?

Pensez-vous avoir le droit au bonheur ? Il est pour tous, je peux vous l’assurer ! Philippe Croizon en est un exemple parlant ! Ce sportif hors du commun, auteur notamment d'une traversée de la Manche à la nage alors qu'il est amputé des quatre membres a su faire de sa différence sa force ! Il suffit de le regarder pour savoir qu’il est heureux ! Tous les espoirs vous sont permis ! Se simplifier la vie, prendre du recul en voyant les choses avec de l’humour, s’entourer de gens positifs avec qui nous aimons partager et rire sont quelques clés du bonheur.

Lire la suite

ImprimerE-mail

Chroniques et interview publiées par Zentonik

 

Auteur chez Zentonik : le site du bien-être et du développement personnel : découvrez mes chroniques, cliquez ICI.

Interview d'antoine Gerlier, fondateur de Zentonik.

Aujourd’hui j’ai le « bonheur » de vous présenter la coach du bonheur Alexandra de Roulhac, une pionnière du « happy movement » en France. Si vous rencontrez Alexandra pour un coaching, vous comprendrez très vite qu’elle ne vole pas son titre. Vous serez rapidement séduits et enjoués par la joie de vivre contagieuse de cette femme hyper sympa !

1. Quel est ton parcours Alexandra ?
Entre 18 et 25 ans, je suis partie à la découverte du monde : Japon, Inde, Australie, Thaïlande, Indonésie, Amérique latine… Je me suis imprégnée d’autres cultures, d’autres modes de vie, dans une incroyable diversité humaine. J’y ai découvert les vertus de la spiritualité, du lâcher-prise et du bien-être. La sagesse indienne m’a appris que le bonheur est avant tout un état d’esprit, et qu’il n’est pas lié au matériel. Longtemps éloignée de mes propres repères culturels, j’ai cultivé un art du bonheur très personnel. En parallèle, je me suis intéressée au coaching, une technique de développement personnel et professionnel qui se focalise sur le présent et le futur proche. J’ai décidé de devenir Coach du Bonheur, un concept que j’ai créé en France en 2009.

2. Comment présenterais-tu ta spécialité à quelqu’un qui ne la connait pas ou à un enfant ?
Le bonheur, ça s’apprend ! Il suffit parfois de peu de choses : un regard positif sur soi-même, un brin de confiance, un sentiment de bien-être, de la bienveillance, et on a déjà un bon terreau pour cultiver son bonheur. « Un oiseau assis sur une branche n’est jamais effrayé par le fait que la branche puisse casser. Il n’a pas placé sa confiance dans la branche mais dans ses propres ailes » (Fun Chang)

3. Quelles sont tes valeurs profondes ?
J’ai construit ma vie autour de mes valeurs : je crois aux vertus de la bienveillance, de l’empathie et de la persévérance et je fais confiance à la vie . Et ce qui me nourrit, c’est l’amour, l’humour et une insatiable joie de vivre.

4. Quels sont tes objectifs dans la vie ?
A l’évidence, j’aspire au bonheur comme tout le monde et j’ai la chance d’avoir en moi cette faculté de voir la vie du bon côté. C’est pour cette raison que, professionnellement, j’ai souhaité partager ma philosophie de vie pour accompagner des personnes et les aider à penser positivement et à réaliser leurs propres objectifs sereinement.

5. Comment comptes-tu les atteindre ?
Je m’efforce de développer mon activité de Coach du Bonheur en diversifiant la démarche auprès des publics individuels, et en ouvrant mon travail au monde de l’entreprise où le bien-être est primordial, et encore trop souvent mal considéré. Vaste programme !

6. Ton idée pour améliorer le monde ?
Je pense que le monde serait meilleur si, dès l’enfance, on enseignait aux enfants les vertus du bonheur, du bien-être et du vivre-ensemble. Et bien sûr, ce serait une matière où il n’y aurait pas de mauvaises notes !

7. Pourquoi écris-tu pour le magazine web Zentonik ?
M’insérer dans un réseau de professionnels du bien-être ; être parmi les premiers à participer à une aventure innovante aux contenus riches et diversifiés, trouver un écho pour exposer ma démarche de coach du bonheur ; enfin et surtout le plaisir de collaborer avec l’équipe mise en place par le fondateur du site, Antoine, dont je salue la démarche sincère et bienveillante.


 

ImprimerE-mail

Alexandra De Roulhac

Coach du Bonheur

Demo

Alexandra

Votre Coach

Mobile : +33(0)635170496

alexandra@coachdubonheur.fr

92100 BOULOGNE

9, rue Heyrault

Copyright 2016 by Ckom-conseil.com création site internet Neuilly sur Seine - Paris
Compatible iPad, iPhone et Androïd
Designed and crafted with Eric Primas

Demo